Glossaire

Pour vous aider avec les termes internationaux et abréviations que vous pouvez rencontrer lors de votre recherche de timbres de handball...

(En cours de construction)

Avant tout, 2 mots clés à connaître pour toute recherche sur la toile :

Timbre - stamp (GB) -

Handball - handebol - handbol

 

Ensuite un peu de terminologie (anglais / français / allemand) :

MNH     Mint Never Hinged     /     Neuf sans charnière     /     Postfrish

MLH     Mint Lightly Hinged     /     Charnière                       /     Falz

MNG     Mint No Gum                 /    Sans gomme                   /     Ohne Gum

CANC    Cancelled                      /     Usé                                 /     Gebraucht

PC          PostCard                       /     Carte Postale                /     Briefkarte

PPC        Picture PostCard         /     Carte Postale                 /     Ansichtkarte

 

Enfin quelques définitions :

Amincissement ou clair. Diminution de l'épaisseur du papier d'un timbre, provenant généralement d'un décollement imprudent du timbre.

Annulé (cancelled) : Surcharge enlevant la valeur ficuciaire au timbre, utilisé dans le passé pour les cours d'instructions des postiers.

Bande : Ensemble horizontal ou vertical de plus de deux timbres identiques ou différents. Pour raisons esthétiques le philatéliste préfère la bande horizontale qui vaut plus que la bande verticale.

Bienfaisance : Timbre émis au profit d'un but précis, généralement non-lucratif, ayant une surtaxe à la valeur faciale destinée à ce but, souvent des oeuvres charitables.

Bloc : Ensemble de timbres non séparé; l'unité la plus petite en est le 'bloc de quatre', l'unité préfèrée du philatéliste, surtout s'il s'agit des timbres de l'époque classique. 

Bloc-feuillet : Feuillet regroupant généralement plusieurs timbres similaires ou différents, émis pour commémorer un événement important. Les marges du bloc-feuillet portent souvent des inscriptions ou illustrations. Les blocs-feuillets, émis dans l'intérêt purement philatélique se trouvent plutôt neuf ou avec oblitération de complaisance, car peu fréquent dans l'usage courant.

Burelé : ou "Burelage" = fond de sécurité, imprimé faiblement, afin d'éviter contrefaction.

Cachet : ou oblitération. Empreinte apposée sur un pli ou un timbre à l'aide d'un tampon à main ou d'une machine. Le cachet précise souvent l'origine du bureau de départ (ou certifie l'arrivée) et annule le timbre. Le philatéliste distingue
oblitération authentique - empreinte apposée sur un timbre ayant servi pour affranchir un envoi acheminé. L'oblitération peut être manuelle ou mécanique.
oblitération de complaisance - empreinte apposée sur un timbre (ou document) dans un but philatélique ou commercial.

Carnet : petit feuillet, ou plusieurs petits feuillets de timbres protégés par une couverture cartonnée émis dans un but pratique pour le consommateur. La couverture est souvent illustrée ou munie de publicité.

Catalogue : dans la philatélie, c'est la nomenclature des timbre-poste émis par un ou plusieurs pays. Le catalogue donne au philatéliste de nombreux renseignements et la cote du timbre. Les catalogues les plus courants dans le monde sont
Michel (Mi)- Catalogue allemand                             DWT Catalogue (Danemark, Iles Féroé, Greenland) (Afa)
Stanley Gibbons (SG) - Catalogue anglais               Danish spécial catalogue (SAVA)
Scott - Catalogue américain                                      Catalogue Zumstein (Suisse) (Zst)

Yvert & Tellier (YT)- Catalogue français
                Catalogue spécial de Scandinavie (Fac.)

Centrage : Emplacement de l'image du timbre par rapport aux bords. Un timbre bien centré à des marges égales. Un timbre mal centré subira une moins-value.

Charnière : Petite bande de papier gommé fixant le timbre sur la page d'album. Accessoire utile pour les timbres oblitérés : ne pas fixer sur les timbres neufs car la trace de la charnière endommage la gomme et diminue ainsi considérablement la valeur du timbre. 

Cote : Valeur supposée par les catalogues, qui permet au philatéliste d'évaluer sa collection et de pratiquer l'échange. Cette valeur est souvent fictive, car le prix du timbre est fixé par la vente et l'achat au marché.

Dentelure : ou piquage est la perforation permettant la séparation facile des timbres; la perforation des timbres fut effectuée d'abord en Grande Bretagne en 1854 sur des machines conçues par Henry Archer. Le piquage à cheval est une varieté résultant d'un décalage lors de l'opération de la dentelure. Trois systèmes de perforation sont en usage:
Dentelure linéaire est faite ligne par ligne provoquant des imperfections aux intersections: absence des dents dans les coins du timbre.
Dentelure au peigne est faite ligne par ligne, mais le piquage est fait verticalement et horizontalement en même temps; le résultat en est des imperfections dans deux des quatres coins du timbre.
Dentelure à la herse est le piquage le plus moderne, effectué d'un seul coup sur toute la feuille.

Diptyque : est une paire de timbre dont l'illustration fait l'ensemble des deux timbres.

Double frappe (re-entry) : terme anglais signifiant la double gravure du cliché d'impression, visible par le décalage léger, du à un glissement non voulu de la molette de transfert.

Double impression : est un timbre imprimé deux fois de suite par erreur. La double impression est visible du au manque de coïncidence des deux images. Il en est de même pour la double surcharge.

Entier postal : Enveloppe, carte postale, carte-lettre etc. sur lesquelles le timbre est directement imprimé. L'entier se collectionne dans sa forme intégrale.

Epreuves : Les épreuves sont tirées à différents stades de l'élaboration du poinçon original pour contrôler la qualité de l'oeuvre. Les épreuves de luxe sont des feuillets sur lesquels est imprimé le timbre, parfois en couleur divergeant de l'original. Leur tirage est limité et leur valeur philatélique est douteuse. cf. également essais.

Erreurs : Les erreurs sont très recherchées par les philatélistes spécialisés. Le timbre peut être soumis à une erreur de conception, ce sont les erreurs dans le texte ou dans le dessin, ou bien à une erreur de fabrication. Cette dernière pouvant se située seulement sur une partie de l'impression comme suit :
Erreur de couleur - le timbre est imprimé dans une autre couleur que prévu, souvent d'une couleur d'un autre timbre de la même série.
Erreur de dentelure - le timbre est accidentellement dentelé autrement que prévu.
Erreur de surcharge - Surcharge omise ou surcharge sur une autre valeur que prévu, surcharge renversée ou partiellement absente.
Erreur d'impression - phase d'impression absente, absence de couleur, légende ou valeur faciale omise.
Erreur de filigrane - timbre imprimé sur papier filigrané autre que prévu, ou sur le papier mal posé, qui provoque les filigranes couchés, renversés ou inversés.

Essai : Les essais sont tirés à différents stades de la fabrication pour règlage de machine, ajustement de couleur etc. Normalement les essais sont détruits par l'imprimerie. Les essais parvenant illégalement sur le marché philatélique sont sans valeur et sans intérêt philatélique. Ne pas confondre avec épreuves ou erreurs.

Faciale : est le prix que l'on paie au bureau de poste; cette valeur est généralement inscrite sur le timbre. Certaines Postes concédant des remises importantes (jusqu'à 30%!) pour les agences à l'étranger provoque le traffic de 'faciale-à-rabais'. Ces timbres sont négociés par des marchands spécialisés et destinés aux entreprises avec courrier important. Attention aux nouveautés bon-marché, qui proviennent souvent de 'faciale-à-rabais', timbres passés de mains en mains, portant des empreintes, ayant une dentelure irrégulière etc. Le négociant sérieux ne mélange pas 'faciale-à-rabais' avec les objets de collections!

Faux : Les faussaires sont, malheureusement, dans la philatélie assez nombreux. Les Faux pour tromper la poste sont très recherchés par les philatélistes, à condition qu'ils soient sur lettre ou oblitérés correctement. Mais ce sont les Faux pour tromper le collectionneur qui sont dangereux pour la philatélie! Quelques uns des faussaires philatéliques sont - du à leur génie - devenus célèbres, le plus célèbre en étant Jean de Spérati dont les produits sont devenus de véritables pièces de collections souvent très onéreuses. Néanmoins, un grand nombre de faux - parfois portant la mention Fac-Similé ou Réimpression au verso - sont un véritable piège pour le philatéliste-amateur, et souvent seul un expert peut discerner le vrai du faux. Dangereux sont notamment les trucages comme les fausses gommes, souvent appelées de façon euphemiste regommage ou plus subtilement 'dépose de gomme', ou la redentelure.

F.D.C. :  (First Day Cover) = Lettre de premier jour - enveloppe, parfois illustrée, affranchie avec le timbre portant le cachet du premier jour de son émission. L'oblitération peut être effectuée par un cachet spécial du 1er jour.

Filigrane : est une mesure de sécurité pour éviter les contrefaçons; cette marque se trouve dans la pâte du papier et se voit au regard du timbre par transparence. Le filigrane moins visible se laisse apercevoir en plaçant le recto du timbre sur une surface noire en plastique ou métal et en imprégnant le timbre d'essence. Pour le philatéliste un timbre de même effigie peut être un timbre totalement différent grace à son filigrane. La position du filigrane peut paraître (parfois sur la même effigie du timbre) normale, couchée, renversée et inversée.

Gomme : Substance placée au verso du timbre afin de permettre la fixation du timbre humecté sur le courrier. La gomme peut être mate ou brillante, elle peut être gauffrée afin d'éviter le roulement des feuilles sous l'influence de l'humidité. La gomme économique, appliquée dans les périodes de crise, ne couvre qu'une partie du verso. Aujourd'hui l'on utilise également de la gomme autocollante. Sans doute le collectionneur contemporain donne une trop grande importance à la gomme et l'on réclame aujourd'hui que le timbre se trouve dans son état d'origine suivant la codification internationale avec la gomme d'origine intacte sans charnière ni trace de charnière. Pourtant il existe de nombreuses émissions, notamment dans la philatélie classique où la gomme avait endommagé les timbres, soit à cause de sa consistance agressive détériorant le papier et les couleurs, soit par son durcissement au fil des années qui détruit la structure du papier etc. En outre, avant l'invention de l'album à bande et surtout avant les pochettes en céllophane, les timbres oblitérés aussi bien que les neufs étaient fixés au moyen d'une charnière dans l'album qui laissait une trace irréparable sur la gomme du timbre. Ceci est l'état normal de la plupart des timbres avant environ 1930, état qui diminue, suite à la demande du marché, remarquablement la valeur du timbre, le réduisant parfois à un dixième de sa valeur originale. En conséquence, les fausseurs modernes, qui se nomment de façon euphémiste 'restaurateurs', sont parvenus à perfectionner le regommage de timbre avec gomme endommagée de telle sorte que même les experts avouent parfois leur difficulté de discerner le vrai du faux... Effectivement ce genre de faussaire n'effectue que du trucage afin de tromper l'acheteur sur le vrai état de la pièce.

 

 

Imprimerie : Typographie - le motif imprimé est en relief; les parties hautes de la planche impriment le motif sur le papier.
Taille-douce - le motif imprimé est en creux; les parties basses de la planche impriment le motif sur le papier.
Lithographie - les parties imprimantes et non-imprimantes sont pratiquement dans le même plan de la planche.

Millésime : Indication de l'année d'impression sur le timbre ou sur la marge. Les millésimes dans la philatélie française des premières années, collectionnés en paire avec marge interpanneaux, portant le millésime, furent remplacés par les coins-datés.

Papier : Les timbres sont imprimés, suivant époque ou suivant besoin, sur différents supports; le philatéliste doit prendre en considération les différentes sortes de papiers, car parfois un papier spécial, utilisé pour une petite partie du tirage d'un timbre-poste, peut augmenter énormement la valeur du timbre. De plus, la connaissance des particularités des papiers différents permets au philatéliste-expert de discerner le vrai du faux ou bien de détecter réparations et truquages.
papier cigarette - papier très mince et plus ou moins opaque
papier coloré - la surface d'un timbre (souvent le recto uniquement) est uniformement coloré
papier côtelé - la surface d'un timbre présente une structure creusée et uniforme, obtenu par passage entre des rouleaux presseurs.
papier couché - papier d'une surface très lisse et brillante, obtenu par déposement d'une couche homogène de plâtre ou kaolin afin d'obtenir une impression plus claire, nette et pour empêcher l'enlèvement de l'oblitération. Ces timbres sont très fragile et il ne faut surtout pas les tremper dans l'eau pour éviter le dégradement de la couleur.
papier fluorescent - ou luminescent ou phosphorescent
papier "grande consommation" - papier G.C., papier de mauvaise qualité, utilisé pour la fabrication des timbres-poste après la guerre 1914 pour des raisons économiques.
papier gris - papier de mauvaise qualité, utilisé en raison de rationnement des matières premières lors des périodes de guerre ou après guerre (ex. zones d'occupations en Allemagne)

Perforation : ne pas confondre avec dentelure. La perforation officielle transforme un timbre d'usage courant en timbre spécifique (ex. Emission 'E.I.P.A. 30' de France), tandis que la perforation privée est une mesure de sécurité effectuée par de grandes entreprises pour contrôler l'usage de leur affranchissement. Ces timbres perforés de nature privée sont collectionnés par des spécialistes mais généralement la perforation baisse remarquablement la valeur du timbre.

Philatélie : Connaissance des timbres-poste; art de les collectionner, 1864 (gr. philein = aimer et gr. ateleia = exemption d'impôts, affranchissement).

Roulette : Ce genre de timbre est généralement délivré par les distributeurs, souvent automatiquement. La bande des timbres comportant plusieurs centaines, parfois des milliers d'unités sont embobinés sur une sorte de roulette. Ces timbres ne sont pas toujours dentelés sur les quatres cotés (France depuis 1975). Afin de pouvoir vérifier aisément le stock de la machine, tous les cinquième ou dixième timbres porte généralement un numéro au verso.

Premier jour : Oblitération apposée le premier jour de l'émission d'un timbre. Dans la philatélie moderne c'est pratiquement toujours un cachet temporaire illustré. cf. également F.D.C.

Preoblitéré : Ces timbres sont oblitérés d'avance pour n'être généralement vendus qu'en grande quantité à des gros utilisateurs pour des publicités diffusées en nombre. Ce sont soit des timbres ordinaires qui reçoivent à l'imprimerie la surcharge de la préoblitération, soit des timbres spécifiques, n'existant pas en poste ordinaire.  

Recto-verso : Un timbre peut montré le dessin recto et au verso, mais inversé. Ceci provient de l'empilage des feuilles imprimées dont l'encre n'est pas sèche. L'impression recto-verso se passe dans l'impression lorsque la presse tourne un moment à vide et l'image encrée est portée sur le cylindre de pression qui imprime l'image sur quelques feuilles suivantes à l'envers. Une feuille peut passez - plus rarement - deux fois dans la presse, une fois recto et une fois verso, de telle sorte que l'image est imprimée deux fois dans le bon sens.

Regommé : Le Regommage ou plus subtilement appelé la 'repose de gomme' est effectué par le truqueur afin de tromper le philatéliste en remplaçant la gomme défectueuse par une gomme neuve.

Retouche : est une modification ou réparation effectuée sur un ou plusieurs clichés de la planche d'impression afin de remédier à une usure. Cette restauration n'atteignant quasiment jamais l'état exact de l'original provoque des varietés qui sont recherchées par le spécialiste qui cherche souvent à reconstituer les planches entières (planchage) ou la chronologie des tirages d'un timbre donné.

Signature : Indication du nom du graveur, du dessinateur dans le dessin du timbre. Les signatures au verso du timbre par contre proviennent soit d'un propriétaire du timbre pour moyen de sécurité soit d'un expert philatélique. La signature de l'expert est un petit cachet apposé au verso, certifiant l'authenticité du timbre.

Spécimen : Surcharge qui démonétise le timbre, effectuée pour diffuser une émission dans un but publicitaire ou d'échantillon. La surcharge Speciment est l'équivalent de Muster (allemand), de Muestra (espagnol) et de Saggio (italien).

Surcharge : est une mention ajoutée sur un timbre imprimé pour changer la valeur ou l'affectation; elle peut être effectuée dans une presse ou, plus rarement, manuellement

Surtaxe : est la valeur supplémentaire à celle de l'affranchissement. Elle est généralement versée à des oeuvres d'intérêt public et ne représente en quelque sorte qu'un impôt volontaire soutiré aux philatélistes. Ces timbres servent rarement à l'affranchissement et sont essentiellement achetés par les collectionneurs.

Tête-Bèche : est une paire de timbres dont l'un des spécimens est à l'envers.

Triptyque : Bande de trois timbres dont chacun ne constitue qu'une partie du dessin.

Truqué : Un timbre truqué est manipulé par un faussaire pour augmenter sa valeur. Il existe plusieurs genres de truquage, truquage de couleur - transforme un timbre chimiquement en une couleur qui vaut plus cher et le truquage par grattage - transforme un timbre oblitéré en un timbre neuf. Un timbre de faible valeur peut être également transformé en un timbre rare en grattant une partie de l'image pour la redessiner.

Validité : Période pendant laquelle le timbre-poste a pouvoir d'affranchissement. Quasiment la totalité des timbres-poste de la France depuis l'origine ont cours encore et très peu d'entre eux sont jusqu'à présent démonétisés.

Variété : à ne pas confondre avec erreurs. La varieté est d'une importance philatélique secondaire et la valeur en est souvent surestimée. Elle est due souvent au hasard d'un accident lors de l'impression. Si le résultat de cet accident s'étend sur une partie de l'impression,'on parle d'une variété constante et si elle est écartée lors de l'impression on parle d'une retouche. Elle apparaît toujours au même endroit de la planche.
Anneau-Lune - petite tache plus ou moins importante provoquée par la présence d'une débouchure de perforation (ou de poussière) sur le cylindre lors de l'impression; variété parfois intéressante, mais d'un intérêt philatélique minime.

Vignettes : sont des figurines qui ont l'apparence du timbre-poste ou du bloc-feuillet, mais qui n'ont pas de pouvoir d'affranchissement. Elles sont toujours émises par des organismes privés ou parfois officiels.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site